Histoire de ma mort

Histoire de ma mort / História de la meva mort

(Fiction, Espagne/France, 2013, 148’, C, VOSTF)

de Albert Serra
avec Vincenç Altaió, Lluis Serrat, Clara Visa, Noelia Rodenas, Montse Triola

Casanova rencontre un nouveau serviteur qui sera le témoin des derniers moments de sa vie. Il quitte un château suisse aux ambiances galantes et libertines typiques du 18e siècle et passe ses derniers jours dans les terres pauvres et sombre de l’Europe septentrionale.

 

« Chaque séquence est très charnelle, aussi juteuse que la chair d’une grenade, de très belle composition, trouée par des jeux de lumières, et précise, épurée – costumes et gestes – jusqu’à l’abstraction. Comme une sorte de ligne claire et sensuelle entre la forme et le fond. Lumière, son, personnage et objet, tout concourt à un objectif : révéler l’empire des sens. En de longues séquences, filmées comme des tableaux, Albert Serra parvient à saisir l’essence même de ses personnages et une forme de cinéma originelle, branchée sur l’histoire
de l’Art. » Quentin Mével acrif.org

 
« Bien sûr, j’avais conscience de ce combat entre les Lumières et les Ténèbres, le Bien contre le Mal, mais l’idée essentielle
du film, c’est le désir de la nuit. … La littérature est plus complexe que le cinéma et les films seront toujours plus complexes que l’art contemporain. L’art vidéo c’est le langage ; le cinéma c’est la littérature, c’est-à-dire le langage plus le sens. Histoire de ma mort propose une façon d’exprimer des idées philosophiques avec des images sans tomber dans l’abstraction. Du point de vue formel nous sommes arrivés à quelque chose d’intéressant grâce au numérique. C’est une renaissance du cinéma après une soi-disant mort dans les années 90. Le destin des grands films aujourd’hui est-il d’être projetés seuls dans la nuit ? Peutêtre que personne n’ira les voir mais ils existent. » Entretien par Olivier Père arte.tv
Léopard d’Or au Festival de Locarno 2013