En découvrant le vaste monde

En découvrant le vaste monde / Познавая белый свет

(Fiction, URSS, 1978, 79’, C, VOSTF)

de Kira Mouratova
avec Nina Ruslanova, Sergei Popov, Aleksei Zharkov

Un triangle amoureux sur un chantier, qui est constitué de Lyuba, l’ouvrière, et deux chauffeurs, Mikhaïl et Nikolaï. Une histoire banale transformée en poème d’amour par la beauté du langage cinématique de Mouratova.

 
« Le chantier, c’est le chaos, c’est une sphère où la culture n’a pas encore été créée, où les concepts de beau et de laid n’existent pas, où l’esthétique n’existe pas (elle est encore à créer). (…) Il n’y a pas de style, donc la stylisation est impossible. Je voulais créer une culture, une beauté en-dehors des canons préexistants. » Kira Mouratova, citée par Viktor Božovič, « Rentgenoskopija duši » Eugénie Zvonkine Kira Mouratova, un cinéma de la dissonance.

 

« Dans ce film, Mouratova s’éloigne déjà de la tradition réaliste et se dirige vers la liberté de langage cinématographique et transforme la facture informe et fanée du chantier komsomol en succession d’images merveilleuses qui s’animent selon la trajectoire des idées de la cinéaste, en dévoilant sa nature ludique, théâtrale ou existentielle. Elle a réécrit le scénario de Grigori Baklanov (…) de telle façon que l’attention emblématique du cinéma des années 70 à l’homme commun, qui vit une vie tranquille et discrète, reste seulement une condition extérieure du sujet. La réalisatrice va au-delà des conventions du mélodrame social et explore la nature subtile de la personnalité de l’homme et la façon dont elle se manifeste au moment où l’homme tombe amoureux ou devient objet d’amour d’un autre. » Ekaterina Beloglazova, snapbox.ru